Sponsoring, Vélo route
carles-ariégoise-850x500

Notre collègue, Carles Ferrer à L’Ariégeoise

Vous savez déjà que, quand nous sponsorisons une course, nous demandons à un des participants, de l’équipe TwoNav ou tout autre, de partager une chronique avec nous. Cela nous sert à obtenir une vraie image de comme la course est vécue de l’intérieur. Cette fois, nous avons demandé à Carles Ferrer, une personne très spécial pour nous, de nous expliquer comme l’Ariégeoise est allée. Vous verrez, avec sa présentation qu’avec lui, TwoNav à un trésor. Merci beaucoup, Carles!

Ma passion pour la technologie  et la cartographie remonte à l’enfance: j’ai toujours voulu connaître ou conduisaient les chemins et les sentiers que je découvrais avec mes promenades à vélo. J’ai acheté ma première carte Alpina, quand j’avais 10 ans et encore je le garde!! Quelques années plus tard, les GPS pour bicyclette son apparus. Ils étaient monochromes et ils ne pouvaient pas incorporer une cartographie, mais avec ma carte et mon GPS, j’allais bien pour m’orienter à la montagne et découvrir des nouveaux endroits. Plus tard, j’ai découvert le CompeGPS Land qui m’a ouvert les portes à plus d’aventures: Je pouvais créer mes tracks et les mettre au GPS, décharger ceux-là d’autres utilisateurs, analyser, décharger et créer mes propres cartes en scannant les vieilles que j’avais, etc.

Commencer à travailler pour CompeGPS était un rêve revenu réalité. Je suis utilisateur comme nos clients, je comprends ses inquiétudes et il me plaît les aider avec le maniement de nouveaux produits qui apparaissent au marché. J’adore essayer et transmettre mon feedback à l’équipe de produit. C’est la satisfaction de la petite et moyenne entreprise: avoir un traitement plus personnalisé avec le client qui le remercie et sentir la récompense du travail bien fait.

Lariegeoise-850x500

Il y a un an et demi que j’ai pris la bicyclette sérieusement et j’ai déjà couru quelques courses de cyclotourisme et d’orientation comme la Transpyr et a été basique d’avoir un GPS comme notre Anima+.

Maintenant j’ai beaucoup d’envies de nouveaux défis et voir comme la technologie nous aide à les obtenir!

Mon expérience à L’Ariégeoise

Si tu entres au département de l’Ariège par le tunnel de Puymorens, tu te rendras compte vite que c’est un lieu avec un enchantement spécial: la vallée se ferme, la route devient plus étroite, la nature nous enveloppe…Un environnement très prometteur pour nous amuser bien!

Tarascan sur Ariège était le centre névralgique de la zone, le village de départ et de ramassage de dorsaux. Plusieurs cyclistes s’approchaient de notre stand pour voir le parcours en vol d’oiseau, pour faire une photo dans le Photocall ou saluer Melcior Mauri qui est venu avec nous.

troglodita-arigoise-600x800

Dimanche le jour se levait nuageux mais sans froid et nous sommes allés a la sortie. Avant de commencer laissez-moi vous expliquer: il faisait une semaine que j’avais parcouru les Pyrénées de Roses a Hondarribia dans 7 jours. La Transpyr m’avait laissé sans forces et j’étais en train de me remettre. Je voulais faire l’Ariégeoise à un rythme durable, tranquillement, pour bien la terminer et profiter au maximum. Mais quand j’ai commencé j’ai vu que ce ne serait pas ainsi…c’était une course chronométrée et les cyclistes étaient très compétitifs.

J’ai augmenté le rythme parce qu’en roulant a 40/45km/h tous me doublaient très vite et et je ne pourrais pas trouver un groupe pour aller confortable. Le temps n’était pas le meilleur: il y avait un peu de brouillard, il pleuvait doucement et il faisait froid donc le parcours était par une zone de 1000 mètres d’altitude. Je ne pense jamais aux changements du temps et je ne portais pas les vêtements appropriés. Grâce à mon expérience et garder la tête froide j’ai récupéré le temps aux ports. Le Pailleres était le défi de la journée: 16km avec 10% de dénivellement. Heureusement j’ai un rythme durable haut et j’ai pu monter le port confortablement.

Je manquais d’un rythme dans les montées et les baisses à cause de l’usure physique de la semaine dernière mais je suis arrivé avec de la patience.

Avant d’arriver au but il y avait l’option de monter le dernier port, le Plateau de Beille ou finir là. J’avais déjà fait 150 kilomètres et il me manquait encore 10 pour arriver à ma voiture, j’ai préféré laisser cette partie pour l’année prochain. C’est une excuse mais j’étais très fatigué.

maillot-ariégoise-600x800

C’était un très bon week-end et je recommande beaucoup cette course aux cyclistes compétitifs qui veulent se mettre à une preuve, c’était une grande lutte avec un sprint final!!!

Je veux féliciter à l’organisation par son grand travail, ce n’est pas facile d’organiser une course de 4 parcours a la fois.

Carlos Ferrer

Merci beaucoup, Carles pour partager cette expérience avec nous…et nous espérons te voir dans les prochaines!! 

 

Share this Story
Load More Related Articles

Facebook Comments