Trail running, Uncategorized
Cronica-eugeni-Transpyrénéa-twonav-trail-running-800x598

L’histoire vaillante et malheureuse d’Eugeni Roselló au Transpyrénéa

Aujourd’hui nous reprenons la Transpyrénéa avec l’histoire vaillante et malheureuse d’Eugeni Roselló. Après avoir parcouru 493km et quand il était au 2ème position, Eugeni a eu à abandonner. Il l’a tenté et a donné tout mais cette fois n’a pas pu être. Quand Eugeni se remettra physique et mentalement, il aura un bon souvenir de cette course et à préparer la prochaine édition!

Cronica-eugeni-Transpyrénéa-twonav-trail-running-2

Un difficile commencement et une rapide remontée

La course a commencé avec beaucoup de chaleur. À cause des vomissements et des nerfs, Eugeni a souffert durant beaucoup de kilomètres mais toujours il s’est maintenu entre les 10 premiers. La douleur de pieds était supportable. Avant le CP6 ( km. 189), Eugeni a commencé à se sentir meilleur, la température avait baissé et déjà était dans la cinquième position. Il est tombé et s’est frappé le genou, mais n’a pas été tout à fait grave: Eugeni était de plus en plus motivé. Il sortait du CP6 à 5 heures du matin, pleuvait très fort et le brouillard était épais. Durant le matin les pieds l’ont gêné, il a eu à tirer les chaussures sept fois, mais par l’après-midi il est allé mieux et a été plus rapide.

Cronica-eugeni-Transpyrénéa-twonav-trail-running-800x598

Sans nouvelles de Joel Jaile

Il savait que Joel avait eu des problèmes gastriques, mais il faisait quelques jours qu’il n’avait pas de nouvelles de lui: il était préoccupé. Il ne savait pas son numero de dorsal. À travers de facebook, un parent a demandé des nouvelles de Joel, pour le tranquilliser. Savoir que Joel était meilleur l’a fait sortir du CP7 très motivé.

La grande exhibition d’Eugeni

Eugeni est sorti du CP8 très fort, mais un peu avant d’arriver au CP10 la douleur dans le genou était plus forte. Dans le CP10 il s’est reposé et il s’est mis de la glace. Au CP11 et 19 heures plus tard, il sentait mieux son genou et s’était placé troisième!! Du CP11 au CP12 il avait réduit une heure au premier et à 4 heures du matin, en train d’arriver au CP13, il l’avait déjà atteint.

Cronica-eugeni-Transpyrénéa-twonav-trail-running-1-800x598

La fatalité

Et un peu après, la fatalité est arrivée… »Bonjour…pour dire quelque chose. Je suis dans ce refuge depuis 4 heures. Depuis le demi-jour le tendon / ligament externe me fait mal. j’ai résisté mais dans une forte et longue pente je n’ai plus pu courir déjà.

Je suis triste,  j’étais dans mon meilleur moment et les jambes répondaient bien. Ici il n’y a pas de médecins et j’attends mon équipe pour voir que c’est ce que nous pouvons faire. Je ne veux pas abandonner, j’ai supporté la douleur de pieds trop de jours…je me ferai un bandage compressif, me mettrai de la crème et reposerai quelques heures pour que l’inflammation baisse. Je veux continuer de le tenter, je porte trop de jours en luttant. J’ai pleuré durant 3 heures. Je lutterai avec moi même. »

Cronica-eugeni-Transpyrénéa-twonav-trail-running-4-600x800

La lutte personnelle

Eugeni a attendu 16 heures, il s’est soigné le genou avec massages et glace, il s’est levé et a essayé de suivre, en nous étonnant à tous. Mais le corps n’a pas voulu le suivre, n’a pas répondu et Eugeni, très triste, a eu à abandonner la Transpyrénéa au km 493 et au la troisième position. C’était une décision très dure après être arrivé très loin et en se sentant très bien. Il a laissé un message dans le refuge en remerciant l’appui et l’estime de ses adeptes, en demandant qui donnaient l’appui à Joel Jaile.

Cronica-eugeni-Transpyrénéa-twonav-trail-running-3-800x598

Retour à la réalité

Quelques jours après, Eugeni publiait le message suivant: « je sens une grande tristesse et agace pour ne pas pouvoir accomplir un rêve. Après beaucoup de jours de lutte, surpasser des adversités et me sentir bien physique et mentalement, je ne pouvais pas me croire ce qui me passait au genou. Je m’étais énormément amusé en courant ceux 493km, en voyant les couchers de soleil, les becs, les lacs, les crêtes…des paysages spectaculaires durant 7 jours. Les jours passent très rapide quand tu t’amuses. Je veux vous remercier à nouveau. Merci pour le soutien, vous vous m’avez ému dans quelques occasions. Je remercie aussi mes sponsors et des collaborateurs pour m’aider avec mes aventures. »

Grâce à toi, Eugeni. Tu nous as fait vivre de grands moments. Nous t’admirons par ton courage!

Share this Story
Load More Related Articles

Facebook Comments