Tutoriels
carte topographique

Comment lire une carte topographique (2ème partie)

Il y a deux jours nous avons partagé avec vous les premières notions basiques sur comment lire une carte topographique. Voici la continuation d’un article qui va vous convertir en authentiques experts en la matière!

L’équidistance

La distance entre deux courbes de niveau s’appelle l’équidistance. Sur une carte de course d’orientation, une équidistance de 5m signifie qu’il y a 5m de dénivelé positif entre 2 courbes (= une hauteur de 5m). Sur les cartes de montagne, quand il y a beaucoup de dénivelé, l’équidistance peut être de 10m voire plus.

carte-topographique

Lire le relief : merci les courbes de niveau!

Les courbes de niveau vont permettre de s’imaginer le mouvement du terrain, c’est à dire représenter les collines, les ravines, les flancs, les cratères. Grâce aux courbes, on sait s’il y a du relief ou si c’est plat, on sait aussi si ça monte doucement ou si ça monte fort mais comment peut-on savoir sur la carte à quel endroit on est en haut (sommet) et à quel endroit on est en bas (vallée) ? Réponse : oui !

carte-topographique

C’est possible en repérant les sommets. Sur l’exemple ci-dessus, on sait que le sommet se trouve au point C (les courbes sont fermées). Le point le plus bas sur la carte se trouve au niveau du point A. On remarque entre le point A et le point B que ça monte fort (les courbes sont très serrées) et que ça continue de monter jusqu’au point C (mais moins fort puisque les courbes sont plus éloignées). Du point A au point B, on peut même constater qu’il y a 60m de dénivelé positif (12 courbes de niveaux. -> 12 x 5m d’équidistance = 60)

Pour repérer les sommets et les vallées (points plus hauts et points plus bas), vous pouvez aussi vous aider des éléments d’eau. En général, les lacs et les marais sont en bas !

Vous avez remarqué ? Il y a des courbes de niveau plus épaisses que d’autres. On les appelle les courbes maitresses. C’est pour mesurer encore plus vite le dénivelé : il y a une courbe maîtresse toutes les 5 courbes de niveaux (25m entre deux courbes maitresses) !

Dernière astuce pour connaitre le sens d’une pente : les courbes maitresses et les altitudes. Le haut du chiffre qui indique l’altitude et qui est dessiné sur une courbe maitresse indique le haut de la pente. Vous pourrez donc en déduire où se trouve le sommet et où se trouve la vallée. Dans notre exemple ci-dessous, le haut de la pente est à l’ouest du chiffre 125 tandis qu’elle est au sud-est du chiffre 150

carte-topographique

Les points d’altitudes

Un point d’altitude ne va pas servir à se repérer directement mais c’est un bon point de repère si vous avez un altimètre. Les points d’altitude sont souvent indiqués au niveau de lieux remarquables sur une carte (sommet, ligne de crête, intersection de chemins ou ruisseaux)

carte-topographique

Les autres éléments constitutifs de la légende

Selon l’échelle de la carte (et donc son degré de précision), il peut y avoir différents éléments. Par exemple, vous ne retrouverez pas le même nombre de symboles sur une carte de course d’orientation que sur une carte IGN ! Voici un article qui vous permettra de comprendre les symboles sur une carte de course d’orientation : consulter la légende. Une carte d’orientation (très précise) peut comporter les fossés, les limites de végétation, les bornes, les arbres remarquables ou encore les bâtiments. Sur une carte IGN (plus grande échelle donc moins précise), vous ne verrez que les cours d’eau, les chemins et les courbes de niveau.

L’IGN propose différents types de cartes, à différentes échelles (la plus précise étant au 1/25.000). Les chemins en violet sur une carte IGN sont les GR (chemins de grande randonnée). Nous vous invitons à consulter leur documentation en ligne pour consulter les différentes légendes et comprendre les différents symboles (pour IGN, sélectionnez « carte à petite échelle) : les légendes de l’IGN.

Que ce soit sur une carte d’orientation IOF ou IGN, la couleur des symboles est assez logique : le bleu, c’est lié à l’eau (lac, étang, marais). Le marron, c’est lié à la terre (dont les fameuses courbes de niveau). Ce qui est noir, ce sont les éléments apportés par l’homme.

Vous pouvez apprendre plus ici.

Nous espérons vous avoir aidé à aboutir ce qui est aussi notre objectif principal : que quand vous partez dans la nature, vous vous dédiez seulement à en profiter d’elle.

Uncategorized
carte topographique

Comment lire une carte topographique

Il y a quelques semaines nos compagnons d’Ordnance Survey, l’agence cartographique nationale du Royaume-Uni, nous ont communiqué quelques statistiques alarmantes : moins de 20 % de la population adulte sait lire une carte topographique. En ayant en compte que le pourcentage de personnes qui se promènent chaque week-end dans la nature est beaucoup plus grand, cette donnée suppose un danger. Il faut prendre conscience de l’importance de porter un GPS dans vos sorties, mais aussi une carte, toujours. Voici un article très complet avec les notions basiques pour la savoir lire (merci au blog d’sport-nature.net)

Lire une carte c’est être capable de déchiffrer les éléments qui symbolisent le terrain, peu importe l’échelle ou le type de cartographie. A partir d’une représentation graphique sur une feuille de papier, vous allez être en mesure de vous imaginer le terrain.

carte-topographique

Une carte est une image réduite d’une zone géographique. Les cartographes utilisent un système de codification internationale, qui peut varier selon l’échelle et donc le degré de précision de la carte.

Qu’est-ce que l’échelle d’une carte?

Comme la carte est une représentation réduite d’une zone, il faut indiquer à ceux qui la lissent de combien l’image est réduite par rapport à la réalité. Vous devez savoir interpréter une échelle, tout simplement pour interpréter les distances. En effet, sur une feuille A4, vous pourriez très bien représenter une carte de France ou une carte de votre jardin ! Ce qui va varier, c’est l’échelle.

L’échelle est la distance sur la carte par rapport à la distance sur le terrain.

Pour une carte au 1/15000e par exemple, 1 cm sur la carte = 15000 cm sur le terrain, soit 150m. Sur une carte IGN, l’échelle est en général au 1/25.000e (1cm sur la carte représente 25000 cm sur le terrain, soit 250m).

carte-topographique

Notez bien que plus l’échelle est petite, plus la carte peut être détaillée.

Les échelles entre 1/5000e et 1/15.000e (les très petites échelles) permettent de faire des cartes plus précises, telles que des cartes de course d’orientation (ex pour une carte au 1/10.000e (1cm = 100m) on peut représenter graphiquement une zone de 100m2 dans un carré de 1 cm sur 1 cm).

Les cartes entre 1/25.000 et 1/50.000 sont aussi des cartes de randonnées mais moins précises (type carte IGN, montagne, massif), sur lesquelles il est encore possible de représenter les chemins et les courbes de niveaux et les éléments remarquables. En effet, sur une carte au 1/50.000 par exemple, on représentera graphiquement une zone de 500m sur 500m dans un carré de 1cm sur 1cm.

Pour les échelles plus grandes, type 1/350.000 (1cm = 3500m), ce sont des atlas routiers, avec les routes principales (sans les chemins ou les dénivelés). Quand la zone le permet, on peut y trouver aussi les voies d’eau ou les lignes de chemin de fer.

Où est le Nord magnétique?

Toutes les cartes modernes sont dessinées par rapport au nord. Le nord magnétique est représenté par des flèches (bleues ou noires sur les cartes d’orientation, et lignes noires sur les cartes à plus grandes échelles). Le plus dur n’est pas de trouver le nord sur la carte, c’est de faire en sorte d’orienter le nord de la carte avec le nord magnétique, pour donner un sens à la carte ! Nous verrons cela dans un article pour apprendre à s’orienter avec une carte et une boussole.

carte-topographique

Les lignes (ou courbes) de niveau

Les courbes de niveau sont les lignes marrons sur la carte, elles servent à se rendre compte du dénivelé (quand ça monte ou quand ça descend sur le terrain). Bien sûr, c’est une représentation graphique, sur le terrain, elles n’existent pas ! Selon le terrain (montagne ou plaine), la densité des courbes de niveau va varier. Dans le Santerre par exemple, il n’y aura presque pas de courbes de niveau sur votre carte car le terrain est plat. Si vous analysez une carte de montagne, vous remarquerez une forte densité de courbes. Plus les courbes sont serrées et plus ça monte fort (un pourcentage plus fort de montée ou descente, c’est à dire plus de dénivelé en peu de distance). Le long d’une même courbe de niveau, on est à la même altitude.

Soyez attentives parce que cela ne vient que de commencer. Jeudi prochain vous aurait la suite de cet indispensable article.