VTT

Saison 2017

« Après 12 saisons dédiées uniquement au XCO, jusqu’en 2016, j’ai décidé en Novembre dernier de me lancer dans une nouvelle aventure. Une aventure où riment plaisir et performance, dans laquelle je suis maître de mon calendrier et de mes projets. Un défi motivant et des plus intéressants.
Plus de 20 jours de course aux 4 coins de la France et à l’étranger, des formats nouveaux, des centaines de clichés réalisés, des découvertes… La saison 2017 tranche radicalement avec les précédentes, mais elle a aussi été la plus riche ! Retour sur les évènements qui ont marqué mes premiers mois d’ambassadeur. »

 

Andalucia Bike Race, du 26 Février au 3 Mars 2017. XCS, Espagne.

Théo

4ème jour, 70km et 1900m D+. Check des données du jour sur l’Anima + (Cardio, distance, dénivelé…). Crédit photo : Hutchinson Tires

 

La saison a commencé plus tôt que prévu. En effet j’ai eu la chance d’être invité dans l’équipe Hutchinson Tires pour participer à la mythique Andalucia Bike Race dans le Sud de l’Espagne. Il s’agit là d’une course UCI par étapes au niveau relevé et réputé pour ses paysages somptueux. A la sortie d’un hiver compliqué suite à une blessure à la cheville, je n’étais pas en pleine possession de mes moyens. Malgré tout, cet évènement restera l’un, voir le meilleur souvenir de la saison. Une expérience très enrichissante partagée avec des personnes formidables.

 

Emporda BTT Extrem, 08 et 09 Avril 2017. XCS, Espagne.

Un concept unique : 2 jours de course, 3 étapes, et un guidage exclusivement au GPS. Invité par TwoNav (partenaire de la course), j’ai eu l’opportunité de prendre part à cet évènement incroyable, aux côtés de 2 autres ambassadeurs français, Guylaine Ducol et Paul Foulonneau.
Une bonne forme et un guidage sans erreur me permettront d’être très régulier sur chaque étape et d’aller chercher la 16ème place au général scratch.

 

Saison

16ème au classement général après 3 étapes. Probablement les meilleures sensations de la saison, un régal ! (Crédit photo : EduOller)

 

Transvésubienne, 13 et 14 Mai 2017. XC « extrême », Sud de la France.

 

Saison

Sur la TransV, les descentes ne sont pas synonymes de récupération. J’ai pu gérer mon effort grâce au suivi de ma position sur le profil de la course rentré au préalable dans mon GPS. (Crédit photo : Photos CR)

Véritable mythe du VTT, la Transvésubienne est l’évènement que je redoutais le plus cette saison. Au menu 80km, 3500m de D+ et 4300 de D- sur un tracé cassant et technique à 100%.
Bien préparé physiquement, j’ai réalisé une bonne course pour aller chercher la 18ème place après 7h d’effort. C’est de loin la course la plus difficile auquel j’ai participé ! Heureux d’en avoir fini.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet TRICOTRAIL, 25 Juin 2017. Shooting photos/vidéo, Col de Tricot (74).

Saison

Début de la descente vers les chalets de Miage. Le TwoNav Anima+ fixé sur le top tube. Il nous assure de garder le cap et nous permet de nous repérer grâce au fond de carte TOPO25. (Crédit photo : Romain Laurent)

 

« Tricotrail », c’est le nom de notre escapade au Col de Tricot, au pied des glaciers de la vallée du Mont-Blanc.
Accompagné d’un autre pilote (Alexis Chenevier), d’un photographe (Romain Laurent), et d’un caméraman (Lucas Leufen), j’ai passé une journée en montagne dans le seul but de produire les plus belles images possible. Un projet soutenu et diffusé par le média Français Endurotribe, et repris par la presse web spécialisée.

Il est 5h30 du matin quand nous quittons la voiture. Nous n’y reviendrons que 11h plus tard, après avoir enchaîné les prises vidéo et les photos. Nous sommes rincés mais heureux du travail effectué.

Le récit est à retrouver ici :

http://www.endurotribe.com/2017/07/evasion-tricotrail-journee-aventure-alexis-chenevier-theo-meuzard/

La vidéo :

http://www.endurotribe.com/2017/07/video-evasion-tricotrail-film-de-laventure/

 

Coupe de France XCO Montgenèvre, 18 au 20 Août 2017.

C’est sur cette course qu’en 2016 j’ai décidé de quitter le team Matériel-vélo.com pour me lancer dans mon projet, et m’éloigner un peu du format XCO.
Malgré cela, 1 an plus tard, j’ai eu envie de retrouver la ferveur du format olympique, le temps d’un week-end. C’est donc avec envie que j’ai repris le départ d’une coupe de France, catégorie Open.
N’ayant pas couru les autres manches de la coupe de France 2017, c’est en dernière ligne que je me suis élancé. Poussé par la motivation et les encouragements des amis nombreux au bord du circuit, je suis remonté de la 220ème à la 37ème place scratch. Un très beau week-end qui m’a réconcilié avec la Coupe de France.

 

Saison

183 places remontées, et beaucoup de plaisir à rouler. (Crédit photo : FOCAL 77)

 

Place à 2018…

En 2018, je continue sur la même lancée. J’écumerais les plus beaux évènements en cross-country et enduro, et j’aurais à cœur de créer des contenus image dans des lieux toujours plus somptueux.

Sur mon guidon, le TwoNav VELO ou HORIZON remplacera mon actuel Anima +.

 

Sponsoring
Theo Meuzard

Transvésubienne, «Only the Brave!»

Le week-end du 13 et 14 Mai notre ambassadeur Théo Meuzard s’était confronté à une des courses de VTT les plus difficiles et célèbres du monde : la Transvésubienne. Lui-même nous raconte cette aventure seulement apte pour les plus courageux.

Les 13 et 14 Mai a eu lieu la 29ème édition de la mythique Transvésubienne. Même si le parcours est en partie nouveau, le but est toujours le même qu’en 1988 : Partir du col de La Colmiane pour rejoindre Nice par la montagne.

L’épreuve se déroule sur 2 jours, avec un prologue de 12km à dominante descendante le samedi, et la course dimanche, avec 80km, 3350m de dénivelé positif et 4300m de négatif.

Cette course est connue pour être l’une des plus difficiles au monde, en particulier à cause de la technicité du tracé, tant en montée qu’en descente, qui use les corps et les esprits et rend la progression délicate.

TwoNav

Samedi après-midi, je m’élance sur le prologue. Nous partons par groupes de 20 coureurs toutes les 5min. Les sensations sont bonnes dans la première ascension. J’entame la première descente et très rapidement je tape violemment avec la roue avant une pierre caché. Je roulais avec peu de pression et la sentence est immédiate, crevaison. Je regonfle sans réparer en espérant que le liquide tubeless fera l’affaire. Je parviens à terminer l’épreuve sans m’arrêter à nouveau, mais c’était juste. Je suis 35ème. Le soir, je me concentre sur la préparation du matériel pour le lendemain, car aucun détail ne doit être négligé, alimentation, boisson, matériel de réparation… Je prépare également mon GPS. J’ai rentré la trace en .trk fournie par l’organisateur. Cela me permettra de connaître ma position par rapport au profil de l’étape affiché à l’écran, suivre mes données (cardio, distance, dénivelé) et anticiper les changements de direction. C’est également une sérénité supplémentaire puisque j’ai l’assurance de ne jamais me perdre.

Dimanche matin, levé à 4h. Il fait encore nuit noire mais la mise en grille est dans 1h30 et le départ dans 2h.
Sur la ligne, l’atmosphère est très particulière. Il fait sombre, les visages sont tendus, et le silence est anormalement présent pour un départ.

TwoNav

Christian Retaggi (Photos CR).

6h pile, les 450 pilotes s’élancent pour une, voire la plus longue journée de VTT de l’année. Nous commençons par une ascension de près d’une heure. Le soleil se lève et la vue est à couper le souffle. S’en suit une longue descente technique de près de 45 minutes, durant laquelle je crève à nouveau de la roue avant. Je répare rapidement grâce à une mèche et un regonflage. Pas d’affolement, la route est encore longue jusqu’à Nice… Je me sens bien, et je remonte progressivement en essayant de ne pas me « cramer ». Certains portages sont bien plus raides et long que ce que je pouvais imaginer.

Je gère bien mon effort ce qui me permet de reprendre 3 places dans les tous derniers kilomètres. 7h après mon départ de La Colmiane, je termine ma première Transvésubienne en 18ème position scratch, 4ème espoir (catégorie UCC sport event). Très content d’en finir et heureux de ce résultat pour une première expérience!
Un petit coup d’œil au GPS, il me reste 40% de batterie, je n’avais pas besoin de me soucier de son autonomie.

Thèo Meuzard

Je vais féliciter mon ami Alexis Chenevier, vainqueur de l’épreuve et indétrônable depuis 2013. Il est temps de prendre un repos bien mérité et de rentrer à la maison, l’esprit léger… La course la plus redoutée de la saison est passée!

Théo Meuzard.

Nos plus sincères félicitations, Théo, pour ces magnifiques résultats dans ta première Transvésubienne et merci de nous avoir fait participes de cette expérience!

VTT

Théo Meuzard et Guylaine Ducol nous racontent son expérience sur la TwoNav Empordà BTT Extreme

On peut dire que cette dernière édition 2017 de la TwoNav Empordà BTT Extreme est à ce jour la meilleure édition. Aucun doute là-dessus ! Nous avons vécu un weekend exceptionnel en excellente compagnie, celle de nos talentueux ambassadeurs, qui ont traversé la frontière pour venir profiter et donner le maximum dans les sentiers catalans. Nous leur donnons la parole pour qu’eux même puissent nous raconter comment ils ont vécu de l’intérieur cette épreuve hors du commun!

 

THEO MEUZARD

 

Quelques nouvelles après ma première Emporda BTT Extrem by TwoNav :

 

Samedi : 2 étapes. 1 étape de 50km et 1500m D+ le matin, et un contre la montre de 8km l’après-midi. Ici la difficulté ne se résume pas à l’aspect physique ou pilotage, puisque la navigation est à prendre en compte. Pas de balisage, ou très peu, il faut être vigilant… Je compte sur mon Anima + pour garder le cap!

La première étape se passe bien malgré une ou 2 erreurs de navigation. Difficile de rouler à bloc, à vue, et en guidage GPS! Je suis dans le top 10 lorsque la tête de course se trompe de chemin après quelques kilomètres. Note pour plus tard, ne pas suivre le groupe comme un mouton!

Ensuite je remonte progressivement. Les jambes répondent et j’ai un bon feeling sur le vélo, un régal! Le terrain est très cassant, le tout suspendu est indispensable! La course est difficile psychologiquement, car la végétation est omniprésente et je roule seul 90% de l’étape. Je prends une belle 19ème place scratch, malgré une chute bête dans les derniers km.

L’après-midi nous partons sur le contre la montre dans l’ordre inverse du matin, toutes les 30s. Après reconnaissance, le circuit me convient à merveille, à la fois physique, technique et ludique. Il se rapproche d’un circuit de XCO. Malgré les efforts du matin, les sensations sont excellentes et je prends beaucoup de plaisir. Je fais une bonne course et signe le 17ème temps scratch. Un bon jour!

 

DimancheEtape marathon de 80km et 2500m D+. Quelques ajustements sur le GPS pour bénéficier de plus de confort : j’enlève l’extinction du rétro-éclairage et j’augmente la luminosité. L’étape de la veille m’a montré que l’autonomie était excellente. Je laisse à l’écran 2 informations indispensables à la gestion de l’effort : ma position par rapport au profil et les km restants avant l’arrivée.

Le début d’étape n’est pas à ma convenance, très roulant et très rapide. Je manque de puissance et je m’accroche pour ne pas sauter. Malgré tout, je reste à quelques secondes des hommes de tête, 45min après le départ. La navigation est plus facile que la veille. Bien que plus roulante, le dénivelé et la chaleur rendent l’étape très difficile. Les sensations sont bonnes et je reprends quelques places dans le dernier tiers, pour aller chercher à nouveau la 17ème place scratch, en 4h41.

 

Cette régularité sur les 2 jours de course me permet de prendre la 16ème place scratch au général. Première bonne performance en XC cette saison ! Heureux de constater un progrès dans l’enchaînement des efforts et la gestion de course.

 

Un grand merci à TwoNav pour l’invitation ! Ravi de cette nouvelle expérience. Le matériel ne m’a jamais fait défaut.

 

GUYLAINE DUCOL

 

Cette année je prenais part pour la seconde fois à la « Twonav emporda BTT extrem ». Une course qui m’avait plu l’année dernière non seulement pour le type de course (long, à étapes, avec guidage GPS…), mais aussi par les beaux circuits que l’organisation a réussi à tracer à travers les Gavarres, aussi bien techniques que physiques.

J’ai donc choisi de l’aligner en 2017. L’année dernière j’avais, à ma grande surprise, gagné les deux premiers étapes, j’espérais donc renouveler cette année.

Samedi : Samedi matin, le soleil pointe le bout de son nez sur Mont Ras, une petite commune tout près de Palafrugell. Le coup de sifflet retenti et plus de 300 coureurs sont lancés pour 50kms. Je réussis à me placer assez bien dès le début, je sais qu’il faut que je m’alimente pour éviter la « fringale » tant redoutée par les coureurs cyclistes… Je sais aussi qu’il faut que je me concentre sur la trace GPS afin de ne pas faire les mêmes erreurs que l’année passée. Je me fait plaisir sur les parties physiques et techniques les jambes sont là… Je franchie la ligne d’arrivée en 4eme position (100e scratch) à un peu moins de 10min de la première féminine. Satisfaite de ma course, je me concentre sur le chrono de 8kms de l’après-midi.

Une petite reconnaissance du circuit s’impose, accompagnée par mon coéquipier de team Paul Foulonneau. Un circuit en boucle exigeant aussi bien physiquement que techniquement. Départ 16h47, le couteau entre les dents avec toujours cette envie de gagner. Ayant tout donné jusqu’à l’arrivée je termine 3eme féminine. Bilan de la journée, deux belles courses. Il ne reste plus qu’à récupérer et a se préparer pour l’étape du lendemain et les 84kms qui nous attendent.

Dimanche : Dimanche matin, je me lève un peu angoissée à l’idée de partir sur un circuit aussi long mais je me dis que je l’ai fait l’année dernière et que je suis capable de le refaire. 8h30 le départ fictif est lancée sous le soleil de Vulpellac, pas loin de la Bisbal d’Empordà. Une bonne grimpette nous met en jambes dès le début de la course et là je m’aperçois que je ne suis vraiment pas au top de ma forme. Pas de jambes, je n’arrive pas à grimper comme je le souhaite. Je suis rattrapée par Paul, et on se fixe alors comme objectif de finir la course tous les deux ensembles, ne pas abandonner était le mot d’ordre de cette journée. Nous repartons donc sur un rythme un peu moins soutenu, nous nous arrêtons aux ravitos, nous nous amusons dans les parties techniques, que du plaisir sur cette belle et longue étape.

En ayant pensé à manger durant les 84kms, nous franchissons la ligne d’arrivée avec un temps avoisinant les 6h. Il était temps de finir… Je finis donc un peu déçue mais contente à la fois d’avoir réussi. Je me classe finalement 8ème féminine de la troisième étape, et 6ème au général.

Merci à Twonav pour l’invitation et merci également à tous les bénévoles pour la superbe organisation. Je vous dis sûrement à l’année prochaine!

VTT
Andalucia Bike Race

Chronique de l’Andalucía Bike Race 2017, par Théo Meuzard

Il y a une semaine, notre ambassadeur Théo Meuzard disputait l’épreuve par étapes la plus éprouvante de l’autre coté des Pyrénées mais aussi l’une des plus réputées du monde : l’Andalucía Bike Race. Outre sa prestation plus qu’honorable, il ajoute une expérience autre que sportive, disons vitale! Lui-même nous la raconte :

Andalucia Bike Race

« Samedi 25 Février, je prends l’avion avec Alexis Chenevier et Lionel Macaluso direction Cordoue pour rejoindre les autres membres de l’équipe Hutchinson tires. En effet, exclusivement pour l’évènement, Hutchinson a formé une équipe composée de 2 pilotes Français et 5 pilotes Espagnols.

Sur place nous rencontrons nos équipiers de la semaine. L’ambiance est chaleureuse et la météo bien plus clémente que chez nous, bienvenue en Andalousie ! Demain, nous entamons 6 jours de course, soit 410km.

Andalucia Bike Race

Dimanche, nous attaquons les hostilités avec un contre la montre de 30km et 1000m de D+. 5km après mon départ, je suis contraint de m’arrêter à cause d’un problème mécanique. 9min seront nécessaire pour réparer et repartir. Ça démarre mal, mais la semaine est encore longue !

Lundi, première grosse étape avec 80km et 1800m de D+. On commence avec 15km de plat. Les Espagnols ont de la force et ça roule très vite ! Je remonte progressivement, mais km 50, plus de son, plus de lumière ! j’essaye de sauver les meubles jusqu’au dernier ravito. Je perds à nouveau pas mal de temps ce jour-là, mais les paysages traversés redonnent le sourire !

Andalucia Bike Race

Mardi, nous partons, comme la veille, du centre historique de Cordoue. Au programme du jour, 80km et 2000m de D+. Les sensations sont bonnes, et rapidement nous empruntons de beaux singles rapides et joueurs. Tout se passe bien, beaucoup de plaisir sur cette étape !

Mercredi, 70km et 1900m de D+. Cette fois nous partons de Andujar. Le début est très cassant avec une succession de bosses raides qui se montent à pied. S’en suit une partie rapide sur piste, puis nous arrivons sur des trails dans un décor somptueux. Perdus au milieu de la campagne Andalouse, je profite de 2 longues descentes pour gagner des places. A l’arrivée, tous les coureurs ont le sourire tant l’étape était belle !

Andalucia Bike Race

Jeudi, c’est l’étape reine au départ de Linares, avec pas moins de 104km et 1900m de D+. Les 40 premiers kilomètres me paraissent interminables : Mon Anima + indique 30km/h de moyenne sur des pistes et des routes où nous roulons en peloton. La suite s’avère plus intéressante puisque nous retrouvons des singles et de beaux paysages. Je craignais la fin d’étape mais il n’en est rien, pas de souci à déplorer !

Vendredi, c’est l’ultime bataille avec 50km et 1000m de D+. La fatigue des jours précédents se fait sentir mais on sait qu’on est bientôt au bout du périple ! Le début d’étape est très roulant et rapide, puis nous enchainons une succession de singles plaisants à rouler avec de nombreuses relances. La fin d’étape se fait, comme la veille, fond de cassette.

Andalucia Bike Race

A l’arrivée les traits sont marqués mais la joie se lit sur tous les visages poussiéreux !

19h25 après mon premier coup de pédale dimanche, j’en termine avec ma première Andalucia Bike Race !

Un petit tour au « Mercado de la Victoria » de Cordoue, puis nous plions bagage, direction la France. Des souvenirs plein la tête, des coups de soleil plein les bras, c’est sûr, si l’occasion se présente à nouveau, on reviendra !
Un immense merci aux Espagnols pour leur convivialité, et à Hutchinson tires pour l’invitation, on s’est régalé.

Toute la semaine, j’ai pu me baser sur les données de mon GPS Anima + pour gérer mon effort : suivi de mon cardio, de la distance, du dénivelé, mais surtout le suivi du profil en temps réel pour placer mes efforts aux bons endroits !
Après la course, je peux également faire le point sur le logiciel Land.

Quelques chiffres sortis de l’Anima + :

Kilométrage total : 410km
Temps total : 19h25
Etape la plus longue : 104km
Etape la plus rapide : 25km/h de moyenne
Vitesse max : 60km/h
FC max : 195 bpm »

Un grand merci à Théo pour avoir partagé son expérience avec nous et une félicitation encore plus grande. Bravo, Théo !

VTT
Théo Meuzard

Théo Meuzard integre la famille TwoNav

On vous a déjà annoncé qu’il est notre nouveau partenaire, on vous a expliqué qu’il ira à l’Andalucia Bike Race, mais on ne vous a jamais présenté Théo Meuzard comme il faut. Voulez-vous connaître mieux Théo, ses ambitions et ses souvenirs, ses commencements dans ce grand petit monde et sa façon de comprendre le VTT ? Lisez, alors.

Théo Meuzard

1.- Qui est Théo Meuzard (sportivement parlant ?)

J’ai toujours fait du sport. Très jeune, mes parents m’emmenaient déjà en montagne. J’ai commencé le VTT il y a 12 ans, et j’ai très rapidement fait de la compétition. Dès que j’ai eu l’âge, j’ai couru en coupe de France de cross-country. Je les ai toutes faites depuis 2009. Arrivé en catégorie Junior, j’ai eu la chance de prendre le départ de 3 coupes du monde : Offenburg (Allemagne), Houffalize (Belgique), et La Bresse (France). J’ai roulé les 3 saisons passées en élite, dont les deux dernières au sein du team Matériel-Vélo.com.
Après 12 ans exclusivement tournés vers le cross-country olympique, je souhaite maintenant découvrir de nouvelles courses, de nouveaux formats… J’ai quitté le team Matériel-Vélo pour me lancer dans une nouvelle expérience. Cette saison je vais courir selon mon propre calendrier, avec mes propres partenaires, en cross-country mais également en enduro.
Je serai sur des évènements tels que la TwoNav Empordà BTT Extrem, le Roc des Alpes, La MB Race…

Théo Meuzard

2.- Quel est le résultat/épreuve dont tu gardes le meilleur souvenir, et pourquoi ?

Mon meilleur souvenir de compétition c’est le Roc d’Azur 2012, en junior. J’y étais allé avec mon ami et coéquipier, Thomas Griot, sans vraiment penser performance. C’était la dernière course de la saison, on y allait pour profiter du soleil et passer un bon moment sur le vélo. Sans se passer le mot, on s’est retrouvé ensemble quelques kilomètres après le départ. On s’est tiré mutuellement et on n’a pas cessé de remonter des places. A quelques kilomètres de l’arrivée on doublait Titouan Carod, champion de France en titre cette année là. On s’est mis d’accord pour passer la ligne ensemble, et on fait 7ème et 8ème. Ce résultat et ce scénario de course étaient improbables, ça a rendu cette course mémorable !

J’ai plein d’autres bons souvenirs : mon premier départ en première ligne en coupe de France, ma première coupe du monde… Il n’y a qu’en sport qu’on peut vivre des moments pareils !

Théo Meuzard

3.- Quelle est l’épreuve que tu vas préparer avec le plus d’ambition en 2017 ?

Comme je me lance sur de nouvelles courses, il est assez difficile de me fixer des objectifs. Le Roc des Alpes se courre chez moi et physiquement le circuit me convient bien, alors pourquoi pas miser là-dessus… Sinon, je vais axer ma préparation sur la Transvésubienne, ne serait-ce que pour prendre du plaisir et ne pas finir sur les rotules !

Théo Meuzard

4.- Que signifie le VTT pour toi ?

Le VTT c’est le moyen de se déplacer le plus polyvalent, après une paire de baskets ! C’est une discipline très complète qui requiert bonne condition physique, pilotage et connaissance techniques. J’aime beaucoup l’état d’esprit qui règne dans le VTT, même en compétition.

Théo Meuzard

5.- Comment vas-tu te servir de la technologie TwoNav pour ta saison ?

Actuellement je roule avec l’Anima +. Il m’accompagne partout. A l’entraînement je peux suivre ma cadence de pédalage et ma fréquence cardiaque, c’est primordial pendant les séances avec exercices. En course, je peux également gérer mon effort grâce au suivi de la distance, du dénivelé, mais surtout de ma position par rapport au profil du circuit que j’aurais chargé au préalable.
Enfin, lorsque  je pars rouler dans un endroit que je ne connais pas, je peux me laisser guider ou simplement me repérer grâce au fond de carte IGN.

Merci à Théo pour nous dédié son temps et aux photographes Romain Laurent et, notre aussi ambassadeur, Paul Foulonneaux.

Théo Meuzard